Image Image Image Image Image

Cela fait bientôt deux années que j’utilise le blog en support à mon activité professionnelle. L’idée initiale était de créer des échanges entre professionnels, quels que soient les champs de compétences tout en faisant rayonner les bonnes pratiques en ergonomie, expérience utilisateur et accessibilité numérique.

Engagé dans de nombreux projets (création de l’antenne lyonnaise de l’association Flupa, reprise d’études, organisation de conférences…), je fais aujourd’hui le constat que le format « blog » n’est pas le plus pertinent au regard des objectifs que je m’étais fixés… Les médias sociaux ont pris un efficace relais aux prises de parole engagées et à la transmission de savoirs.

Ce blog devrait par conséquent renaître de ces cendres sous peu avec une nouvelle orientation plus scientifique, plus experte. Nouveau thème graphique responsive et nouveaux sujets : psychologie cognitive, sociologie des usages, ethno-méthodologie et analyse conversationnelle…

A suivre…

L’Association des Ergonomes d’Orsay (ADEO) organise sa 13ème journée d’étude en ergonomie sur « l’ergonome et la performance » qui aura lieu le 17 janvier 2014 à l’Université Paris Sud à Orsay (91).

Pour répondre aux différentes problématiques de la performance, les intervenants définiront toutes les notions de performance ainsi que les différents enjeux pour les entreprises. Certains nous présenteront des études de cas sur des situations qu’ils ont rencontrées jusqu’ici.

L’une des volontés pour ce colloque est de créer un espace de partage d’expériences entre ergonomes confirmés et novices mais aussi avec d’autres corps de métier : psychologues du travail, économistes, chefs d’entreprise…

Inscriptions et information sur le site d’ADEO.

Le W3C a annoncé hier la publication des WCAG 2.0 en tant que norme internationale ISO/IEC 40500:2012 en vue de favoriser une meilleure harmonisation et de son adoption plus large par les gouvernements, les entreprises et la communauté du Web au sens large.

Le message en anglais ci-dessous donne toutes les précisions dont un communiqué de presse officiel du W3C, et un blog sur le sujet sur lequel il est possible de poster des commentaires.

Dear WAI Interest Group Participants,

We are please to announce that today W3C and JTC1, a joint technical committee of ISO and IEC, announced formal approval of Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) 2.0 as an ISO/IEC International Standard, ISO/IEC 40500:2012.

« This important accessibility standard, which is already widely deployed internationally, can now benefit from additional formal recognition from ISO/IEC national bodies, » noted Jeff Jaffe, W3C CEO. « Such recognition is expected to increase internationally harmonized uptake of WCAG 2.0 by governments, business, and the broader Web community. »

ISO/IEC 40500 is exactly the same as the original WCAG 2.0 from the W3C Web Accessibility Initiative (WAI), which is freely available from: www.w3.org/TR/WCAG20

Supporting resources that provide practical advice for meeting ISO/IEC 40500 / WCAG 2.0 are available from the WCAG Overview at: www.w3.org/WAI/intro/wcag

The full press release is here: www.w3.org/2012

A blog open for comments is here: www.w3.org/QA/

Tweet: twitter.com/w3c_wai/

Please let us know if you have any questions. Feel free to circulate this message to other lists; please avoid cross-postings where possible.

Regards,
~Shawn Lawton Henry, WAI Education & Outreach
Judy Brewer, WAI Director

L’agence Nealite vient de créer son mini-site dédié au recrutement d’utilisateurs en vue de la passation de tests ou d’entretiens.

L’évaluation d’interfaces ou d’applications nécessite la création de panel représentatif de la population (appelé aussi échantillon) qu’il n’est pas toujours aisé de créer. Chaque projet possède sa propre grille de critères d’analyse, obligeant les ergonomes à recruter avec beaucoup d’attention les échantillons pour s’assurer de la fiabilité des résultats.

Le mini-site Etudes Nealite propose de tester en avant-première des sites web ou des applications contre rémunération en tickets Kadéos de 50€. Bien qu’ils ne soient pas les premiers à permettre des inscriptions en ligne (des entreprises telles Axance (Paris) ou Altics (Lyon) le pratiquent déjà), Nealite innove une fois de plus en proposant une expérience de navigation simple, claire et bien documentée. En bref : orienté utilisateur !

Par conséquent, si vous habitez Paris et sa région et que vous êtes prêt à donner quelques heures de votre temps pour aider à l’amélioration d’interfaces digitales et pour rencontrer des professionnels très sympas, n’hésitez plus : etudes.nealite.fr.

Initié dans le cadre des activités du GTA AccessiWeb (Groupe de Travail sur l’Accessibilité) dont j’ai le plaisir de faire partie, le MIPAW est un projet destiné à élaborer des méthodologies d’amélioration progressives, des systèmes de mesure, de suivi et de gestion de la qualité de l’accessibilité.

Les Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) ainsi que les référentiels qui en sont issus tels qu’Accessiweb, RGAA… ont permis, au fil des différentes versions, de se doter d’un outil mature, adapté aux technologies et aux usages du web moderne.

Toutefois, rendre un contenu accessible consiste aujourd’hui à essentiellement s’assurer de sa conformité au regard d’une liste de critères techniques et de tests associés. Les notions de satisfaction des besoins utilisateurs et l’enrichissement de l’expérience utilisateur n’entrent que trop peu en considération durant cette phase alors même que c’est un élément central dans la gestion de la qualité par les professionnels du web.

L’évaluation de l’accessibilité est fondée pour l’essentiel sur un rapport entre un nombre d’objets et un taux d’erreur. Cela ne permet pas de définir clairement les besoins essentiels de l’utilisateur ni les conditions requises à l’élaboration d’un projet web accessible.

Par ailleurs si ce type de priorisation par la mesure d’un rapport d’incidence peut avoir des effets très positif sur la perception de l’expérience utilisateur par les gestionnaires de projet, elle ne résout pas le problème du manque de lisibilité des niveaux WCAG dont le niveau A continue, par son volume de charge notamment d’apparaitre comme un « mur infranchissable » à la plupart des équipes projet.

Fort de ce constat, un panel d’expert, comprenant des experts techniques et des experts utilisateurs, a évalué différents critères et les a noté en fonction de leur impact sur l’accès à l’information, marquant le début du projet.

MIPAW constitue une adaptation de la structure de WCAG mais n’est en aucun cas une méthodologie. Il permet de définir un cadre à partir duquel des méthodologies de toutes natures peuvent s’élaborer en cohérence avec les besoins essentiels de l’utilisateur, avec des stratégies de prises en charge beaucoup plus fines.

L’originalité du projet réside dans son orientation vers la conception et non vers la médiation (évaluation et corrections) comme c’est le cas actuellement. Les bénéfices attendus sont doubles : pour l’utilisateur qui aura un meilleur accès à l’information et pour le client/prescripteur grâce à la progressivité de l’implémentation, à la satisfaction de ses clients finaux et à une meilleure allocation des ressources du projet.

Pour aller plus loin, accédez à l’article complet sur le blog blog.acti.fr.

Retour sur l’expérience d’adidas Originals lors d’une soirée d’inauguration d’un magasin parisien en octobre dernier. L’agence SidLee Paris a créé pour l’occasion un photomaton révolutionnaire : le Tofomatic.

Après avoir travaillé avec un danseur professionnel et construit la structure physique du dispositif, l’équipe a placé le système de prise de vue destiné à produire des séries de photos.

La seule condition pour participer est d’avoir a minima une paire de Retro Running ou de Sleek aux pieds et de respecter la pose soumise à l’écran… Résultat : chaque cliché recrée la chorégraphie initiale et produit une vidéo en stop motion collaborative et en direct…

«Penser qu’une idée qui tue tue d’abord une idée existante, en plus d’être une idée qui réussit. Par définition, créer c’est faire quelque chose de différent.»

Auteur : Nicolas Bordas (Président de TBWA France et auteur de L’idée qui tue) durant la conférence « Emotion et intuition, quand le Management devient intelligent » donnée le 3 avril 2012 à l’Atrium de l’Essec Executive Education de Lyon aux côté de Christophe Haag, auteur de « Génération QE » et « La Poulpe Attitude », et Joël Luzi, spécialiste des mécanismes émotionnels.

Une campagne de sensibilisation aux violences domestiques a été lancée le 30 avril dernier sur des écrans e-motion (technologie JCDecaux) en gare d’Euston (Angleterre).

Le dispositif encourage les passants à utiliser leur téléphone portable et à effectuer un simple mouvement de déplacement (« drag & drop ») sur leur écran. La suite en image…

L’opération « Drag Him Away » est signée JWT Londres et est permise grâce à un dispositif d’écrans impressionnants. Elle permet également d’impliquer le public sur une problématique sociétale et d’engager a minima une réflexion autour de ce sujet sensible…

Cette semaine est sortie une opération de street marketing organisée par Ogilvy pour Tic Tac. Nom de code : Opération la pire haleine. Jusque là, pourquoi pas… le concept est plutôt cohérent avec l’offre produit.

Bien décidée à rajeunir son image, la marque s’inscrit dans la même veine que les opérations comme « Ma Contrexpérience » (orchestrée par l’agence Marcel) ou celle organisée tout récemment par la chaîne de télévision TNT en Belgique.

Tous les ingrédients sont là pour réussir la campagne et offrir une bonne viralité au film. Une idée (les conséquences dramatiques de la mauvaise haleine), un lieu (une place de Rouen, ville du siège de la société Ferrero) et des participants issus de la population (des employés de l’usine Ferrero, l’équipe de basket locale,..), sans oublier la « cible » sur laquelle le dispositif va se refermer !

Seulement voilà… nos « pigeons », à qui l’un des participants vient poser une question et quoi voit l’ensemble des personnes présentes sur la place tomber inanimées, apparaissent si mal à l’aise (l’un deux se sauve même en courant) que toute la dimension comique disparaît instantanément.

Malaise… Qui aurait souhaité se retrouver à leur place ? Franchement ? Car avant que le film projeté sur l’écran géant délivre son message final (pourquoi d’ailleurs avoir poursuivi l’hécatombe sur écran géant ?), ces acteurs d’un jour ont dû vivre un grand moment de solitude.

L’agence, qui excelle pourtant par ailleurs, aurait-elle oubliée qu’un des moteurs essentiels à la réussite d’un bon bouche-à-oreille durable réside dans la bienveillance et le respect ? La délivrance de la cible se fait bien trop attendre et l’émotion pas au rendez-vous. Dommage ! Il ne manquait certainement pas grand chose pour transformer l’opération en réussite conversationnelle.

Pour l’heure, l’opération de la chaîne TNT a cumulé plus de 10 millions de vues sur Youtube en 3 jours (tout de même !) contre 2,5 millions pour Tic Tac en 7 jours… Le hashtag dédié – #lapirehaleine – destiné à faire parler de l’opération sur Twitter rassemble… 6 tweets.

L’accroche finale « Avoir une haleine de bouc peut faire plus de dégâts que vous ne le pensez ! » s’avère dans le cas présent plus que véridique… Allez, j’me prends un p’tit cachou pour la peine ;-) [sourire].

«Le design émotionnel transforme les utilisateurs occasionnels en fanatiques, prêts à parler aux autres de leur expérience positive / Emotional design turns casual users into fanatics, ready to tell others about their positive experience»

Auteur : Aarron Walter (designer, conférencier et auteur, entre autres, de Designing for Emotion, ouvrage donnant des clés pour faire aimer un site aux utilisateurs grâce à l’expérience utilisateur).

Scroll to Top

To Top

Bonnes pratiques

Les WCAG deviennent une norme internationale ISO !

On 16, Oct 2012 | No Comments | In Accessibilité numérique, Bonnes pratiques | By Fittsize Me

Le W3C a annoncé hier la publication des WCAG 2.0 en tant que norme internationale ISO/IEC 40500:2012 en vue de favoriser une meilleure harmonisation et de son adoption plus large par les gouvernements, les entreprises et la communauté du Web au sens large.

Le message en anglais ci-dessous donne toutes les précisions dont un communiqué de presse officiel du W3C, et un blog sur le sujet sur lequel il est possible de poster des commentaires.

Dear WAI Interest Group Participants,

We are please to announce that today W3C and JTC1, a joint technical committee of ISO and IEC, announced formal approval of Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) 2.0 as an ISO/IEC International Standard, ISO/IEC 40500:2012.

« This important accessibility standard, which is already widely deployed internationally, can now benefit from additional formal recognition from ISO/IEC national bodies, » noted Jeff Jaffe, W3C CEO. « Such recognition is expected to increase internationally harmonized uptake of WCAG 2.0 by governments, business, and the broader Web community. »

ISO/IEC 40500 is exactly the same as the original WCAG 2.0 from the W3C Web Accessibility Initiative (WAI), which is freely available from: www.w3.org/TR/WCAG20

Supporting resources that provide practical advice for meeting ISO/IEC 40500 / WCAG 2.0 are available from the WCAG Overview at: www.w3.org/WAI/intro/wcag

The full press release is here: www.w3.org/2012

A blog open for comments is here: www.w3.org/QA/

Tweet: twitter.com/w3c_wai/

Please let us know if you have any questions. Feel free to circulate this message to other lists; please avoid cross-postings where possible.

Regards,
~Shawn Lawton Henry, WAI Education & Outreach
Judy Brewer, WAI Director

10

Oct
2012

No Comments

In Bonnes pratiques
Ergonomie - UX

By Fittsize Me

Inscription à des tests utilisateurs et interview sur Paris

On 10, Oct 2012 | No Comments | In Bonnes pratiques, Ergonomie - UX | By Fittsize Me

L’agence Nealite vient de créer son mini-site dédié au recrutement d’utilisateurs en vue de la passation de tests ou d’entretiens.

L’évaluation d’interfaces ou d’applications nécessite la création de panel représentatif de la population (appelé aussi échantillon) qu’il n’est pas toujours aisé de créer. Chaque projet possède sa propre grille de critères d’analyse, obligeant les ergonomes à recruter avec beaucoup d’attention les échantillons pour s’assurer de la fiabilité des résultats.

Le mini-site Etudes Nealite propose de tester en avant-première des sites web ou des applications contre rémunération en tickets Kadéos de 50€. Bien qu’ils ne soient pas les premiers à permettre des inscriptions en ligne (des entreprises telles Axance (Paris) ou Altics (Lyon) le pratiquent déjà), Nealite innove une fois de plus en proposant une expérience de navigation simple, claire et bien documentée. En bref : orienté utilisateur !

Par conséquent, si vous habitez Paris et sa région et que vous êtes prêt à donner quelques heures de votre temps pour aider à l’amélioration d’interfaces digitales et pour rencontrer des professionnels très sympas, n’hésitez plus : etudes.nealite.fr.

Tags | , , , , ,

Entre accessibilité et utilisabilité : découvrez le MIPAW !

On 04, Juil 2012 | No Comments | In Accessibilité numérique, Bonnes pratiques, Ergonomie - UX | By Fittsize Me

Initié dans le cadre des activités du GTA AccessiWeb (Groupe de Travail sur l’Accessibilité) dont j’ai le plaisir de faire partie, le MIPAW est un projet destiné à élaborer des méthodologies d’amélioration progressives, des systèmes de mesure, de suivi et de gestion de la qualité de l’accessibilité.

Les Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) ainsi que les référentiels qui en sont issus tels qu’Accessiweb, RGAA… ont permis, au fil des différentes versions, de se doter d’un outil mature, adapté aux technologies et aux usages du web moderne.

Toutefois, rendre un contenu accessible consiste aujourd’hui à essentiellement s’assurer de sa conformité au regard d’une liste de critères techniques et de tests associés. Les notions de satisfaction des besoins utilisateurs et l’enrichissement de l’expérience utilisateur n’entrent que trop peu en considération durant cette phase alors même que c’est un élément central dans la gestion de la qualité par les professionnels du web.

L’évaluation de l’accessibilité est fondée pour l’essentiel sur un rapport entre un nombre d’objets et un taux d’erreur. Cela ne permet pas de définir clairement les besoins essentiels de l’utilisateur ni les conditions requises à l’élaboration d’un projet web accessible.

Par ailleurs si ce type de priorisation par la mesure d’un rapport d’incidence peut avoir des effets très positif sur la perception de l’expérience utilisateur par les gestionnaires de projet, elle ne résout pas le problème du manque de lisibilité des niveaux WCAG dont le niveau A continue, par son volume de charge notamment d’apparaitre comme un « mur infranchissable » à la plupart des équipes projet.

Fort de ce constat, un panel d’expert, comprenant des experts techniques et des experts utilisateurs, a évalué différents critères et les a noté en fonction de leur impact sur l’accès à l’information, marquant le début du projet.

MIPAW constitue une adaptation de la structure de WCAG mais n’est en aucun cas une méthodologie. Il permet de définir un cadre à partir duquel des méthodologies de toutes natures peuvent s’élaborer en cohérence avec les besoins essentiels de l’utilisateur, avec des stratégies de prises en charge beaucoup plus fines.

L’originalité du projet réside dans son orientation vers la conception et non vers la médiation (évaluation et corrections) comme c’est le cas actuellement. Les bénéfices attendus sont doubles : pour l’utilisateur qui aura un meilleur accès à l’information et pour le client/prescripteur grâce à la progressivité de l’implémentation, à la satisfaction de ses clients finaux et à une meilleure allocation des ressources du projet.

Pour aller plus loin, accédez à l’article complet sur le blog blog.acti.fr.

Tags | , , , , ,

Conférence Altima sur le Mobile et le Responsive Design au MAC de Lyon

On 16, Mar 2012 | No Comments | In Bonnes pratiques, Ergonomie - UX, Innovation | By Fittsize Me

Le Musée d’Art Contemporain de Lyon accueillait ce jeudi 15 mars la conférence Mobile organisée par Altima. Après un petit déjeuner aux côtés de créations monumentales de Robert Combas et une rapide présentation de l’agence, Stéphane Lecouturier – directeur de création et UX – s’est attaché à présenter un panorama très complet du marché du mobile, avec de nombreux chiffres et retours d’expériences documentés et récents.

En évitant les clichés, il a abordé – non sans humour – les contraintes liées au dispositif mobile (applications, sites mobiles, tablettes…) mais également à la multiplication des résolutions, des supports, des systèmes d’exploitation… Pour sortir de cet imbroglio cross-devices, l’une des solutions consiste à développer un dispositif en utilisant le design adaptatif, en traduction au Responsive Design dont il a déjà été question dans un précédent article.

Cette technique, rappelons-le, permet de n’utiliser, pour faire simple, qu’une seule structure de site s’adaptant à tous les dispositifs existants, jusqu’à la TV connectée. Très innovante, elle reste encore – selon moi, trop peu mise en place au sein des agences web, souvent faute de compétences internes et par manque de maîtrise de l’impact budgétaire. Cela avait entraîné d’ailleurs de nombreuses discussions passionnées lors d’un atelier des Designers Interactifs de Lyon à l’automne dernier… D’autant plus qu’il existe quelques inconvénients…

Quelques exemples concrêts ont permis de bien appréhender cette approche, comme le très réussi Foodsense. Stéphane a achevé son intervention avec une démonstration d’un prototype e-commerce en full responsive, prouvant ici l’importance d’une réflexion stratégique orientée utilisateur.

Je tiens à remercier Stéphane pour la qualité de son intervention et notre échange off sur l’UX en France. Merci également à l’équipe Altima pour son accueil et leurs cadeaux (des T-shirts multicolores sur le thème de la conférence qui ont fait des envieux !) sans oublier la visite de l’exposition de Robert Combas qui a clos la matinée.

Tags | , , , , , ,

01

Mar
2012

No Comments

In Bonnes pratiques
Des chiffres !

By Fittsize Me

Suivez l’UX Book Club Paris ce soir en direct !

On 01, Mar 2012 | No Comments | In Bonnes pratiques, Des chiffres ! | By Fittsize Me

Aarron Walter sera ce soir en direct chez Nealite (via Skype) pour échanger sur son livre « Designing For Emotion », publié chez A Book Apart.

©Nealite Paris

L’ouvrage décrit de façon pragmatique les stratégies et les méthodes destinées à augmenter la qualité de l’expérience utilisateur. Au travers de nombreux exemples et des études de cas, l’auteur nous offre une vision originale de la conception d’interfaces émotionnelles.

Pour ceux qui n’ont pas la chance d’être présents chez Nealite ce soir, vous pouvez suivre le livetweet de l’événement : #design4emotion.

Tags | , , , , ,

20

Jan
2012

No Comments

In Bonnes pratiques
Ergonomie - UX

By Fittsize Me

Bonnes pratiques : le responsive design

On 20, Jan 2012 | No Comments | In Bonnes pratiques, Ergonomie - UX | By Fittsize Me

L’agende Dagobert, après leur excellente présentation du concept de Happy Marketing, signe cette fois-ci un très joli document sur le Responsive Design.

Cette technique est née suite à la multiplication des résolutions d’écrans (smartphones, tablettes, télé-connectée,…) et permet d’adapter le contenu en fonction du dispositif utilisé. Les éléments peuvent se redimensionner, disparaître et se réorganiser en fonction des tailles des écrans et par conséquent des besoins utilisateurs.


Voir d’autres présentations de l’agence dagobert

Pour aller plus loin : Responsive Web Design, par Ethan Marcotte aux éditions A Book Apart.

Vu chez users-experiential.net

Tags | , , , , , , ,

03

Nov
2011

No Comments

In Bonnes pratiques
Innovation

By Fittsize Me

Et si on parlait de formulaires narratifs ?

On 03, Nov 2011 | No Comments | In Bonnes pratiques, Innovation | By Fittsize Me

Dans le cadre du prochain UX Paris Book Club basé sur l’ouvrage « Mobile First » de Luke Wroblewski, je saisis l’opportunité de partager la réflexion de cet expert digital en matière de formulaires.

Dans le cadre de ses recherches et expérimentations, Luke s’est aperçu que la variation de présentation des formulaires entraînait une augmentation du taux de conversion. En clair, les internautes effectuent plus facilement une action de soumission de données personnelles avec une approche narrative (aussi appelée « Mad Libs forms »).

Au niveau de la mécanique, les formulaires narratifs se présentent assez simplement sous forme de phrases, à l’intérieur desquelles sont laissés des champs vides que les internautes sont invités à compléter.

Le site de musique Moof ou celui de création de podcasts en ligne Huffduffer illustrent cette nouvelle tendance.

Afin de mesurer l’impact réel de ces formulaires et d’écarter toute variation liée à l’effet de nouveauté, Ron Kurti a réalisé des séries de tests sur le site Vast.com. Utilisant alternativement la forme traditionnelle et narrative (cf. visuel ci-dessous), Ron et son équipe ont observé une augmentation de 25 à 40% du taux de conversion !

Peut-on parler pour autant de révolution ? Le processus de traitement de l’information – en général anxiogène pour tout ce qui touche aux données personnelles – présente ici une fluidité et une pertinence qui pourrait le laisser penser…

Or, s’affranchir des standards du web pour des raisons statistiques est à ce jour un choix osé et peut être perturbant pour l’utilisateur. A utiliser avec précaution, en attendant qu’il devienne peut-être un jour une nouvelle convention !

Tags | , , , ,

10

Juin
2011

No Comments

In Bonnes pratiques
Des chiffres !

By Fittsize Me

« La seconde révolution digitale a débuté »

On 10, Juin 2011 | No Comments | In Bonnes pratiques, Des chiffres ! | By Fittsize Me

C’est en l’état ce qu’affirment Christian Verger (Président de Publicis Dialog) et Nicolas Zunz (Président de Publicis Modem) dans Boost, une étude s’intéressant aux conversations et conversions à l’heure du digital.

Le consommateur a aujourd’hui pris le pouvoir, « filant sur des chemins de traverse » pour mieux challenger ou court-circuiter les professionnels du marketing. Le constat montre qu’en dépit de ces observations, les modèles marketing ne s’adaptent pas. Le « purchase funnel » -parcours de décision linéaire Message > Média > Mass sans interaction – continue à être promu au sein des Grandes Ecoles ou par les experts-métier alors que le digital a changé la donne.

Le système ainsi créé ressemble à un flipper : chaque contact de la balle (les idées et les offres – à vitesse de propagation et à pouvoir d’influence comparable à celles véhiculées et promues par nos consommateurs) avec le bumper lui imprime de la vitesse, la renvoyant encore plus fort vers les autres bumpers… Tout en affolant le tableau de score. Métaphore très pertinente…

L’étude ré-introduit les notions fondamentales que sont la génération de contenus, les communautés et le contexte en les unissant au sein d’une même mécanique. Elle rappelle également la notion d’échanges de valeur à chaque fois qu’une interaction se produit entre une marque et son consommateur. Exit donc le rapport unidirectionnel et descendant…

Il convient donc de repenser la relation. Et, « pour reprendre une métaphore de Gabe Zichermann, avant d’espérer « conclure », encore faut-il « flirter ». Avec un consommateur plus sollicité, fuyant et exigeant que jamais. Et si le consommateur a réhabilité le flirt, le digital en devient l’un des terrains de jeu privilégié ».

Et si nous sommes au seuil d’une révolution, pourquoi ne pas en profiter pour aller encore plus loin et inventer les nouveaux concepts du digital avec encore plus d’audace ?

06

Juin
2011

No Comments

In Bonnes pratiques

By Fittsize Me

A lire : « Page Facebook : quelques bonnes et mauvaises pratiques »

On 06, Juin 2011 | No Comments | In Bonnes pratiques | By Fittsize Me

Grégory Pouy, directeur Social Media de l’agence Nurun et blogueur éponyme, anime tous les 15 jours une chronique sur le Journal du Net. Sa dernière contribution rappelle avec justesse que la création de fanpage Facebook n’a rien de magique en terme de retour sur investissement, de notoriété ou encore de trafic…

Elle répond au contraire à des règles assez simples mais qui sont souvent à contre-courant des stratégies poussées par les agences de communication. Au point de rappeler que Facebook n’est pas forcément le lieu sur lequel capitaliser en premier lieu en fonction du secteur d’activité et de la cible…

« Ne vous laissez pas raconter n’importe quoi, il ne faut surtout pas oublier que Facebook n’est qu’un outil, pas une stratégie… Il doit être utilisé comme tel, ce qui implique de lui donner du sens au travers d’autres outils par ailleurs. »

Lire la chronique sur le Journal du Net

Méthode Sid Lee : les clés du succès

On 25, Mar 2011 | 2 Comments | In Bonnes pratiques, Ergonomie - UX, Innovation | By Fittsize Me

Olivier Schmouker, journaliste canadien, publie sur son blog une analyse très pertinente du fonctionnement de l’agence Sid Lee.

L’agence montréalaise, qui a tout récemment signé le budget Dell monde, possède une vision originale et efficace de son organisation. Au delà de la culture québécoise, Sid Lee a su exporter son modèle créatif à Paris, Toronto ou encore Amsterdam avec brio. Retour sur cette conception hors norme de la communication en 10 points avec Jean-François Bouchard, cofondateur et président de l’agence….

1. Faire le casting des meilleurs talents.
«Embaucher, c’est combler une case dans un organigramme. En revanche, procéder à un casting, c’est tenter de donner une place à un talent qu’on rencontre, c’est s’offrir la possibilité d’adapter l’organisation au nouveau talent qui arrive dans le groupe».

2. Ouvrir son esprit.

3. Stimuler la multidisciplinarité.
«La pire erreur, c’est de confier la créativité à un groupe et un seul, comme de laisser la R&D à la bande d’ingénieurs de l’entreprise»,

4. Jouer en équipe.

5. Collaborer & Donner.

6. Éliminer les frontières.
Les talents peuvent provenir de n’importe où, il est donc absurde de mettre des barrières aux étrangers : chez Sid Lee, on y parle plus de 20 langues différentes et les employés sont issus d’une trentaine de pays.

7. S’ancrer dans un foyer de créativité.

8. Un lieu de vie, et non de travail.

9. Expérimenter et se planter.
«Nous, nous avons une longue liste d’erreurs, et nous en sommes fiers», dit-il. Car celle-ci est la preuve que personne n’a peur d’oser se montrer créatif…

10. S’amuser.
La créativité ne carbure vraiment que dans un contexte ludique. Partant de ce postulat, Sid Lee s’est bâti sur une culture de la fête, à l’image du «Sid Lee Day», une journée où chacun est obligé de venir au bureau, mais a l’interdiction absolue de travailler !

Lire l’article complet d’Olivier Schmouker

Je reste convaincu, à l’instar d’Olivier, que ce type de fonctionnement est adaptable et exportable auprès de la plupart des agences. Cela implique en revanche un engagement fort de la part de l’équipe et des dirigeants. Jean-Julien Guyot, vigie de la marque Sid Lee, m’a dit un jour : « Chaque jour est unique… tu as le pouvoir de faire qu’il soit bon ou non »… alors, pourquoi ne pourrait-on pas redéfinir au quotidien l’entreprise avec cette même philosophie ?

Pour aller plus loin…