10 novembre 2010 Fittsize Me

En écho avec la sortie française de Rework du collectif américain 37 Signals dont je parlais précédement, Erik Qualman, le fondateur de SocialNomics nous livre une synthèse des dernières études sociologique et psychologique sur le phénomène du « multitasking », cette gestion multitâches et multicompétences encouragée en agences de communication mais devenant très naturelle pour les « digital natives ».

Il invite très clairement à revoir cette notion qui s’avère, au vu des résultats de ces études, être une perte de temps de production en moyenne de 26% par jour. La plupart des études tend vers les mêmes conclusions… en clair, l’approche multitâche et multicompétence est contre-productif !

L’université de Californie a mis en évidence qu’un salarié dérangé va remettre en moyenne 25 minutes avant de revenir à sa tâche initiale. Les processus cognitifs nécessitent un tri pertinent de l’information, l’organisation de notre mémoire de travail et une forte agilité pour pouvoir passer d’une tâche à une nouvelle.

Les études montrent en parallèle un impact réel sur le stress et l’anxiété dus à cette pratique, réduisant encore l’efficience du salarié. Le très sérieux « British Institue àf Psychiatry » indique que, par exemple, consulter ses mails alors qu’une tâche créative est en cours réduit le QI de 10 points ! Ce serait l’équivalent d’une absence de sommeil de 36 heures, soit deux fois plus que l’impact de la consommation de marijuana sur notre cerveau !

A bon entendeur…

Lire l’article complet (en anglais).

, , ,