4 juillet 2012 Fittsize Me

Initié dans le cadre des activités du GTA AccessiWeb (Groupe de Travail sur l’Accessibilité) dont j’ai le plaisir de faire partie, le MIPAW est un projet destiné à élaborer des méthodologies d’amélioration progressives, des systèmes de mesure, de suivi et de gestion de la qualité de l’accessibilité.

Les Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) ainsi que les référentiels qui en sont issus tels qu’Accessiweb, RGAA… ont permis, au fil des différentes versions, de se doter d’un outil mature, adapté aux technologies et aux usages du web moderne.

Toutefois, rendre un contenu accessible consiste aujourd’hui à essentiellement s’assurer de sa conformité au regard d’une liste de critères techniques et de tests associés. Les notions de satisfaction des besoins utilisateurs et l’enrichissement de l’expérience utilisateur n’entrent que trop peu en considération durant cette phase alors même que c’est un élément central dans la gestion de la qualité par les professionnels du web.

L’évaluation de l’accessibilité est fondée pour l’essentiel sur un rapport entre un nombre d’objets et un taux d’erreur. Cela ne permet pas de définir clairement les besoins essentiels de l’utilisateur ni les conditions requises à l’élaboration d’un projet web accessible.

Par ailleurs si ce type de priorisation par la mesure d’un rapport d’incidence peut avoir des effets très positif sur la perception de l’expérience utilisateur par les gestionnaires de projet, elle ne résout pas le problème du manque de lisibilité des niveaux WCAG dont le niveau A continue, par son volume de charge notamment d’apparaitre comme un « mur infranchissable » à la plupart des équipes projet.

Fort de ce constat, un panel d’expert, comprenant des experts techniques et des experts utilisateurs, a évalué différents critères et les a noté en fonction de leur impact sur l’accès à l’information, marquant le début du projet.

MIPAW constitue une adaptation de la structure de WCAG mais n’est en aucun cas une méthodologie. Il permet de définir un cadre à partir duquel des méthodologies de toutes natures peuvent s’élaborer en cohérence avec les besoins essentiels de l’utilisateur, avec des stratégies de prises en charge beaucoup plus fines.

L’originalité du projet réside dans son orientation vers la conception et non vers la médiation (évaluation et corrections) comme c’est le cas actuellement. Les bénéfices attendus sont doubles : pour l’utilisateur qui aura un meilleur accès à l’information et pour le client/prescripteur grâce à la progressivité de l’implémentation, à la satisfaction de ses clients finaux et à une meilleure allocation des ressources du projet.

Pour aller plus loin, accédez à l’article complet sur le blog blog.acti.fr.

, , , , ,