Image Image Image Image Image

Cela fait bientôt deux années que j’utilise le blog en support à mon activité professionnelle. L’idée initiale était de créer des échanges entre professionnels, quels que soient les champs de compétences tout en faisant rayonner les bonnes pratiques en ergonomie, expérience utilisateur et accessibilité numérique.

Engagé dans de nombreux projets (création de l’antenne lyonnaise de l’association Flupa, reprise d’études, organisation de conférences…), je fais aujourd’hui le constat que le format « blog » n’est pas le plus pertinent au regard des objectifs que je m’étais fixés… Les médias sociaux ont pris un efficace relais aux prises de parole engagées et à la transmission de savoirs.

Ce blog devrait par conséquent renaître de ces cendres sous peu avec une nouvelle orientation plus scientifique, plus experte. Nouveau thème graphique responsive et nouveaux sujets : psychologie cognitive, sociologie des usages, ethno-méthodologie et analyse conversationnelle…

A suivre…

L’Association des Ergonomes d’Orsay (ADEO) organise sa 13ème journée d’étude en ergonomie sur « l’ergonome et la performance » qui aura lieu le 17 janvier 2014 à l’Université Paris Sud à Orsay (91).

Pour répondre aux différentes problématiques de la performance, les intervenants définiront toutes les notions de performance ainsi que les différents enjeux pour les entreprises. Certains nous présenteront des études de cas sur des situations qu’ils ont rencontrées jusqu’ici.

L’une des volontés pour ce colloque est de créer un espace de partage d’expériences entre ergonomes confirmés et novices mais aussi avec d’autres corps de métier : psychologues du travail, économistes, chefs d’entreprise…

Inscriptions et information sur le site d’ADEO.

Le W3C a annoncé hier la publication des WCAG 2.0 en tant que norme internationale ISO/IEC 40500:2012 en vue de favoriser une meilleure harmonisation et de son adoption plus large par les gouvernements, les entreprises et la communauté du Web au sens large.

Le message en anglais ci-dessous donne toutes les précisions dont un communiqué de presse officiel du W3C, et un blog sur le sujet sur lequel il est possible de poster des commentaires.

Dear WAI Interest Group Participants,

We are please to announce that today W3C and JTC1, a joint technical committee of ISO and IEC, announced formal approval of Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) 2.0 as an ISO/IEC International Standard, ISO/IEC 40500:2012.

« This important accessibility standard, which is already widely deployed internationally, can now benefit from additional formal recognition from ISO/IEC national bodies, » noted Jeff Jaffe, W3C CEO. « Such recognition is expected to increase internationally harmonized uptake of WCAG 2.0 by governments, business, and the broader Web community. »

ISO/IEC 40500 is exactly the same as the original WCAG 2.0 from the W3C Web Accessibility Initiative (WAI), which is freely available from: www.w3.org/TR/WCAG20

Supporting resources that provide practical advice for meeting ISO/IEC 40500 / WCAG 2.0 are available from the WCAG Overview at: www.w3.org/WAI/intro/wcag

The full press release is here: www.w3.org/2012

A blog open for comments is here: www.w3.org/QA/

Tweet: twitter.com/w3c_wai/

Please let us know if you have any questions. Feel free to circulate this message to other lists; please avoid cross-postings where possible.

Regards,
~Shawn Lawton Henry, WAI Education & Outreach
Judy Brewer, WAI Director

L’agence Nealite vient de créer son mini-site dédié au recrutement d’utilisateurs en vue de la passation de tests ou d’entretiens.

L’évaluation d’interfaces ou d’applications nécessite la création de panel représentatif de la population (appelé aussi échantillon) qu’il n’est pas toujours aisé de créer. Chaque projet possède sa propre grille de critères d’analyse, obligeant les ergonomes à recruter avec beaucoup d’attention les échantillons pour s’assurer de la fiabilité des résultats.

Le mini-site Etudes Nealite propose de tester en avant-première des sites web ou des applications contre rémunération en tickets Kadéos de 50€. Bien qu’ils ne soient pas les premiers à permettre des inscriptions en ligne (des entreprises telles Axance (Paris) ou Altics (Lyon) le pratiquent déjà), Nealite innove une fois de plus en proposant une expérience de navigation simple, claire et bien documentée. En bref : orienté utilisateur !

Par conséquent, si vous habitez Paris et sa région et que vous êtes prêt à donner quelques heures de votre temps pour aider à l’amélioration d’interfaces digitales et pour rencontrer des professionnels très sympas, n’hésitez plus : etudes.nealite.fr.

Initié dans le cadre des activités du GTA AccessiWeb (Groupe de Travail sur l’Accessibilité) dont j’ai le plaisir de faire partie, le MIPAW est un projet destiné à élaborer des méthodologies d’amélioration progressives, des systèmes de mesure, de suivi et de gestion de la qualité de l’accessibilité.

Les Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) ainsi que les référentiels qui en sont issus tels qu’Accessiweb, RGAA… ont permis, au fil des différentes versions, de se doter d’un outil mature, adapté aux technologies et aux usages du web moderne.

Toutefois, rendre un contenu accessible consiste aujourd’hui à essentiellement s’assurer de sa conformité au regard d’une liste de critères techniques et de tests associés. Les notions de satisfaction des besoins utilisateurs et l’enrichissement de l’expérience utilisateur n’entrent que trop peu en considération durant cette phase alors même que c’est un élément central dans la gestion de la qualité par les professionnels du web.

L’évaluation de l’accessibilité est fondée pour l’essentiel sur un rapport entre un nombre d’objets et un taux d’erreur. Cela ne permet pas de définir clairement les besoins essentiels de l’utilisateur ni les conditions requises à l’élaboration d’un projet web accessible.

Par ailleurs si ce type de priorisation par la mesure d’un rapport d’incidence peut avoir des effets très positif sur la perception de l’expérience utilisateur par les gestionnaires de projet, elle ne résout pas le problème du manque de lisibilité des niveaux WCAG dont le niveau A continue, par son volume de charge notamment d’apparaitre comme un « mur infranchissable » à la plupart des équipes projet.

Fort de ce constat, un panel d’expert, comprenant des experts techniques et des experts utilisateurs, a évalué différents critères et les a noté en fonction de leur impact sur l’accès à l’information, marquant le début du projet.

MIPAW constitue une adaptation de la structure de WCAG mais n’est en aucun cas une méthodologie. Il permet de définir un cadre à partir duquel des méthodologies de toutes natures peuvent s’élaborer en cohérence avec les besoins essentiels de l’utilisateur, avec des stratégies de prises en charge beaucoup plus fines.

L’originalité du projet réside dans son orientation vers la conception et non vers la médiation (évaluation et corrections) comme c’est le cas actuellement. Les bénéfices attendus sont doubles : pour l’utilisateur qui aura un meilleur accès à l’information et pour le client/prescripteur grâce à la progressivité de l’implémentation, à la satisfaction de ses clients finaux et à une meilleure allocation des ressources du projet.

Pour aller plus loin, accédez à l’article complet sur le blog blog.acti.fr.

Retour sur l’expérience d’adidas Originals lors d’une soirée d’inauguration d’un magasin parisien en octobre dernier. L’agence SidLee Paris a créé pour l’occasion un photomaton révolutionnaire : le Tofomatic.

Après avoir travaillé avec un danseur professionnel et construit la structure physique du dispositif, l’équipe a placé le système de prise de vue destiné à produire des séries de photos.

La seule condition pour participer est d’avoir a minima une paire de Retro Running ou de Sleek aux pieds et de respecter la pose soumise à l’écran… Résultat : chaque cliché recrée la chorégraphie initiale et produit une vidéo en stop motion collaborative et en direct…

«Penser qu’une idée qui tue tue d’abord une idée existante, en plus d’être une idée qui réussit. Par définition, créer c’est faire quelque chose de différent.»

Auteur : Nicolas Bordas (Président de TBWA France et auteur de L’idée qui tue) durant la conférence « Emotion et intuition, quand le Management devient intelligent » donnée le 3 avril 2012 à l’Atrium de l’Essec Executive Education de Lyon aux côté de Christophe Haag, auteur de « Génération QE » et « La Poulpe Attitude », et Joël Luzi, spécialiste des mécanismes émotionnels.

Une campagne de sensibilisation aux violences domestiques a été lancée le 30 avril dernier sur des écrans e-motion (technologie JCDecaux) en gare d’Euston (Angleterre).

Le dispositif encourage les passants à utiliser leur téléphone portable et à effectuer un simple mouvement de déplacement (« drag & drop ») sur leur écran. La suite en image…

L’opération « Drag Him Away » est signée JWT Londres et est permise grâce à un dispositif d’écrans impressionnants. Elle permet également d’impliquer le public sur une problématique sociétale et d’engager a minima une réflexion autour de ce sujet sensible…

Cette semaine est sortie une opération de street marketing organisée par Ogilvy pour Tic Tac. Nom de code : Opération la pire haleine. Jusque là, pourquoi pas… le concept est plutôt cohérent avec l’offre produit.

Bien décidée à rajeunir son image, la marque s’inscrit dans la même veine que les opérations comme « Ma Contrexpérience » (orchestrée par l’agence Marcel) ou celle organisée tout récemment par la chaîne de télévision TNT en Belgique.

Tous les ingrédients sont là pour réussir la campagne et offrir une bonne viralité au film. Une idée (les conséquences dramatiques de la mauvaise haleine), un lieu (une place de Rouen, ville du siège de la société Ferrero) et des participants issus de la population (des employés de l’usine Ferrero, l’équipe de basket locale,..), sans oublier la « cible » sur laquelle le dispositif va se refermer !

Seulement voilà… nos « pigeons », à qui l’un des participants vient poser une question et quoi voit l’ensemble des personnes présentes sur la place tomber inanimées, apparaissent si mal à l’aise (l’un deux se sauve même en courant) que toute la dimension comique disparaît instantanément.

Malaise… Qui aurait souhaité se retrouver à leur place ? Franchement ? Car avant que le film projeté sur l’écran géant délivre son message final (pourquoi d’ailleurs avoir poursuivi l’hécatombe sur écran géant ?), ces acteurs d’un jour ont dû vivre un grand moment de solitude.

L’agence, qui excelle pourtant par ailleurs, aurait-elle oubliée qu’un des moteurs essentiels à la réussite d’un bon bouche-à-oreille durable réside dans la bienveillance et le respect ? La délivrance de la cible se fait bien trop attendre et l’émotion pas au rendez-vous. Dommage ! Il ne manquait certainement pas grand chose pour transformer l’opération en réussite conversationnelle.

Pour l’heure, l’opération de la chaîne TNT a cumulé plus de 10 millions de vues sur Youtube en 3 jours (tout de même !) contre 2,5 millions pour Tic Tac en 7 jours… Le hashtag dédié – #lapirehaleine – destiné à faire parler de l’opération sur Twitter rassemble… 6 tweets.

L’accroche finale « Avoir une haleine de bouc peut faire plus de dégâts que vous ne le pensez ! » s’avère dans le cas présent plus que véridique… Allez, j’me prends un p’tit cachou pour la peine ;-) [sourire].

«Le design émotionnel transforme les utilisateurs occasionnels en fanatiques, prêts à parler aux autres de leur expérience positive / Emotional design turns casual users into fanatics, ready to tell others about their positive experience»

Auteur : Aarron Walter (designer, conférencier et auteur, entre autres, de Designing for Emotion, ouvrage donnant des clés pour faire aimer un site aux utilisateurs grâce à l’expérience utilisateur).

Scroll to Top

To Top

accessibilité

Entre accessibilité et utilisabilité : découvrez le MIPAW !

On 04, Juil 2012 | No Comments | In Accessibilité numérique, Bonnes pratiques, Ergonomie - UX | By Fittsize Me

Initié dans le cadre des activités du GTA AccessiWeb (Groupe de Travail sur l’Accessibilité) dont j’ai le plaisir de faire partie, le MIPAW est un projet destiné à élaborer des méthodologies d’amélioration progressives, des systèmes de mesure, de suivi et de gestion de la qualité de l’accessibilité.

Les Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) ainsi que les référentiels qui en sont issus tels qu’Accessiweb, RGAA… ont permis, au fil des différentes versions, de se doter d’un outil mature, adapté aux technologies et aux usages du web moderne.

Toutefois, rendre un contenu accessible consiste aujourd’hui à essentiellement s’assurer de sa conformité au regard d’une liste de critères techniques et de tests associés. Les notions de satisfaction des besoins utilisateurs et l’enrichissement de l’expérience utilisateur n’entrent que trop peu en considération durant cette phase alors même que c’est un élément central dans la gestion de la qualité par les professionnels du web.

L’évaluation de l’accessibilité est fondée pour l’essentiel sur un rapport entre un nombre d’objets et un taux d’erreur. Cela ne permet pas de définir clairement les besoins essentiels de l’utilisateur ni les conditions requises à l’élaboration d’un projet web accessible.

Par ailleurs si ce type de priorisation par la mesure d’un rapport d’incidence peut avoir des effets très positif sur la perception de l’expérience utilisateur par les gestionnaires de projet, elle ne résout pas le problème du manque de lisibilité des niveaux WCAG dont le niveau A continue, par son volume de charge notamment d’apparaitre comme un « mur infranchissable » à la plupart des équipes projet.

Fort de ce constat, un panel d’expert, comprenant des experts techniques et des experts utilisateurs, a évalué différents critères et les a noté en fonction de leur impact sur l’accès à l’information, marquant le début du projet.

MIPAW constitue une adaptation de la structure de WCAG mais n’est en aucun cas une méthodologie. Il permet de définir un cadre à partir duquel des méthodologies de toutes natures peuvent s’élaborer en cohérence avec les besoins essentiels de l’utilisateur, avec des stratégies de prises en charge beaucoup plus fines.

L’originalité du projet réside dans son orientation vers la conception et non vers la médiation (évaluation et corrections) comme c’est le cas actuellement. Les bénéfices attendus sont doubles : pour l’utilisateur qui aura un meilleur accès à l’information et pour le client/prescripteur grâce à la progressivité de l’implémentation, à la satisfaction de ses clients finaux et à une meilleure allocation des ressources du projet.

Pour aller plus loin, accédez à l’article complet sur le blog blog.acti.fr.

Tags | , , , , ,

17

Fév
2012

No Comments

In Accessibilité numérique

By Fittsize Me

Accessibilité des services publics : où en sommes-nous ?

On 17, Fév 2012 | No Comments | In Accessibilité numérique | By Fittsize Me

En janvier dernier, le collectif Article 47 publiait une lettre ouverte pour l’accessibilité numérique des services publics destinée à alerter les pouvoirs publics sur le retard pris dans la mise en conformité des sites des services publics français .

9 mois après la première échéance fixée par le décret d’application pour les sites de l’Etat (14 mai 2011), en dépit d’un forum européen de l’accessibilité numérique où la secrétaire d’Etat auprès du Ministre des solidarités et de la cohésion sociale a ré-affirmé l’engagement du Gouvernement dans ce domaine (sic !), en dépit du rapport de l’Observatoire interministériel de l’accessibilité et de la conception universelle qui reprend peu ou prou le contenu de la lettre ouverte du Collectif Article 47, en dépit de la conférence nationale du Handicap du 8 juin dernier qui a plus traité des dispositions des dérogations possibles, le constat n’a guère évolué…

En dehors d’un portail dédié et d’un centre de ressources donnant des exemples de bonnes pratiques (dont certains exemples à ne surtout pas suivre car non-accessible ! un comble…) et d’un plan de 25 millions d’euros pour l’accessibilité numérique des sites internet de l’Etat et du Gouvernement, la quasi-totalité des sites internet publics n’est toujours pas en conformité avec le RGAA !

Des centaines de sites de sites sont donc, depuis le 15 mai dernier, en infraction avec la loi. En mai prochain, ce sera au tour de la plupart des collectivités ! Et le plus inquiétant dans tout cela, c’est de voir l’absence de réactions et d’actions concrêtes. Pire, les sites publics continuent de travailler avec des prestataires non compétents sans que cela pose le moindre problème…

Patrice Bourlon, expert accessiweb et membre du GTA, conclut sur le même thème avec une touche d’humour noir :

« Six ans et demi depuis l’adoption de la loi ! Dans ce dossier, les gouvernements successifs commencent me semble-t-il à avoir épuisé les moyens de faire du surplace tout en faisant semblant d’avancer […] »

Sans parler des prochaines élections présidentielles à venir…

Profitez-en pour découvrir les tests effectués par Patrice auprès de ministères, établissements publics…

Tags | , , , ,

18

Jan
2011

No Comments

In Ils ont osé !

By Fittsize Me

Accessibilité des sites publics : Saint-Priest ne donne pas l’exemple.

On 18, Jan 2011 | No Comments | In Ils ont osé ! | By Fittsize Me

Je suis toujours curieux de découvrir de nouveaux sites, de surcroît lorsqu’il s’agit de sites soumis à la loi de février 2005 sur l’accessibilité et au RGAA.

Cette semaine a donc été lancé la « version 2.0 » de la mairie de Saint-Priest, dans le Rhône. C’est l’agence Sienne Design qui a été en charge du design et Belink Interactive qui a développé le site.

Site de la Mairie de Saint-Priest

L’ensemble est visuellement correct, bien que la hiérarchisation des informations ait pu être optimisée… La présence de grands visuels, de caroussels et de « services » de type flux d’information le positionne dans la mouvance des sites du moment, même si la dénomination « version 2.0 » reprise dans l’hebdomadaire Intermédia n°1107 me paraît ici galvaudée.

L’audit rapide du site sur son versant accessibilité fait apparaître rapidement que la conception et le développement n’ont tout simplement pas pris en compte les référentiels existants… Le site ne peut même pas se prévaloir d’un simple « A »…

Pour rappel, l’accessibilité ne consiste pas à écrire un article sur le sujet mais à proposer à tout internaute une information et des composants de l’interface utilisateur perceptibles, utilisables, compréhensibles et robustes. Cette approche garantit un accès identique aux contenus, quels que soient le handicap de l’utilisateur ou le contexte d’utilisation.

Or, ici, les erreurs d’implémentation se comptent à la pelle ! Du détournement de balises à la non-prise en charge des mécanismes de remplacement d’images, en passant par l’absence de contenu alternatif sur des images porteuses de sens. Les animations ne peuvent pas être stoppées, les titrages structurels sont absents, tout comme les contenus alternatifs aux animations.

Je ne parle même pas des liens d’évitements ou du plan du site permettant d’optimiser la navigation. Les tests réalisés sous Lynx (navigateur textuel) et Jaws (lecteur d’écran) ne sont guère plus concluants…

La page sur l’accessibilité résume à elle-seule l’intérêt porté au sujet…

Dommage, dommage…

Accès au site de la Mairie de Saint-Priest

Tags | , , ,

14

Déc
2010

No Comments

In Accessibilité numérique

By Fittsize Me

Ouverture du « Centre de Formation en Accessibilité Numérique »

On 14, Déc 2010 | No Comments | In Accessibilité numérique | By Fittsize Me

Début décembre a vu la naissance du Centre de Formation en Accessibilité Numérique. L’initiative provient du CERTAM (association Valentin Haüy) et de Ideose, la société de Pierre Guillou, ancien directeur d’AccessiWeb.

Bien que le site ne soit pas forcément très esthétique, il a le mérite d’offrir des exemples concrets d’utilisation de sites, de téléphones portables, sur Twitter…

Le centre propose des formations ciblées où des usagers handicapés interviennent pour témoigner de leurs pratiques numériques. Des jeux de rôles sont également prévus. La prochaine formation aura lieu à Paris dans les locaux de l’Association Valentin Haüy pendant 3 jours les 26, 27 et 28 janvier 2011.

A suivre…

Tags | , , , ,

05

Oct
2010

No Comments

In Accessibilité numérique

By Fittsize Me

Le CSA demande des programmes en autodescription

On 05, Oct 2010 | No Comments | In Accessibilité numérique | By Fittsize Me

Bonne nouvelle ! Le CSA a publié hier, à l’occasion de la Journée nationale des personnes aveugles ou malvoyantes, les décisions prises le 27 septembre dernier favorisant le développement des programmes en audiodescription.

L’instance de régulation demande donc à TF1, Canal+ et M6 d’audiodécrire « au moins un programme inédit par mois en 2011, et au moins un programme inédit par semaine en 2013 »; et à TMC de « commencer à diffuser des programmes en audiodescription dès 2011 pour atteindre un programme par mois en 2013. »

Tags | ,

15

Avr
2010

No Comments

In Ergonomie - UX
Innovation

By Fittsize Me

Du nouveau sur le marché des Smart Phones

On 15, Avr 2010 | No Comments | In Ergonomie - UX, Innovation | By Fittsize Me

Microsoft a dévoilé lundi 12 avril un nouveau téléphone orienté vers le marché des amateurs de réseaux sociaux et plus particulièrement le 15-30 ans. Kin – c’est son nom – arrivera sur le marché français en fin d’année 2010 et sera disponible en deux modèles : Kin One (format de poche) et Kin Two (écran en 480×360 et grand clavier).

L’objectif avoué est de démocratiser l’accès au réseau mobile en proposant un produit différenciant. La concurrence (Nokia ou Sony Erickson…) s’intéresse de très près à ce segment de marché…

« …Nous avons vu qu’il manquait un portable spécialement pour cette génération sociale, un téléphone qui permet facilement de faire partager sa vie à tout instant »

a expliqué Robbie Bach – responsable des produits grand public de la firme américaine – lors de la conférence de presse de San Francisco.

Côté fonctionnalités, Kin dispose de son propre univers de services : “Loop” pour l’écran multi-communautés, “Spot” pour le partage de photos-vidéos et “Studio” pour la sauvegarde des données. Il permettra d’agréger également jusqu’à six comptes mails. En revanche, le téléchargement d’applications tierces sera limité car KIN ne donnera pas accès au « Windows Mobile Marketplace ». Des fonctions de géolocalisation sont également intégrées mais l’utilisateur sera libre de les exploiter ou non. C’est peut-être pour cela que Microsoft préfère appeler ces téléphones des « superphones » ou « powerphones » !

Du côté du site, c’est une belle surprise. L’interface est sobre, parfaitement adaptée à la cible jeune et très intuitive, permettent d’aller rapidement à l’essentiel. Entièrement créé en technologie flash, les contenus sont entièrement accessibles au clavier. Fait plus rare, le site est entièrement accessible sans Javascript grâce à des contenus alternatifs extrêmement bien conçus et structurés. Bien qu’une partie des contenus (notamment les vidéos) ne soient pas retranscrits, il faut quand même saluer l’effort fourni.

Le succès de ces téléphones devrait être immédiat grâce à l’excellent ciblage, au design fun et efficace de l’objet ainsi qu’aux différentes fonctionnalités dédiées aux réseaux sociaux… Microsoft a réussi une belle fusion entre l’Iphone et le Blackberry !

www.kin.com

Tags | , , ,

30

Mar
2010

2 Comments

In Ils ont osé !

By Fittsize Me

Pas mieux !

On 30, Mar 2010 | 2 Comments | In Ils ont osé ! | By Fittsize Me

Cette semaine a vu la mise en ligne du nouveau site de l’Elysée. Au delà de l’évident plagiat du site de la Maison Blanche, le site comporte de très nombreuses erreurs d’accessibilité élémentaires. La rubrique dédiée avertit pourtant :

« Un soin tout particulier a été pris pour rendre le site internet de la Présidence de la République accessible au plus grand nombre et plus particulièrement aux personnes ayant un handicap visuel. »

Tant pis d’ailleurs pour les autres…

Sur cette même page, l’internaute découvre une barre d’outils permettant – entre autres – d’agrandir la taille des textes ou d’écouter la page. Le hic, c’est que cette barre n’est pas présente sur l’ensemble des pages du site. Sans compter que les fonctionnalités sont gérées en javascript, réduisant leur utilisation aux navigateurs le prenant en charge.

Mais ce n’est malheureusement pas tout ! Et la liste est longue… la navigation et les suites d’items présents dans les pages ne sont pas mises en forme grâce à des listes, la navigation au clavier est impossible et les liens d’évitement absents. Ce qui rend complexe (pour ne pas dire impossible) la navigation à l’aide d’un lecteur d’écran parmi les 400 liens proposés, par exemple, sur la page d’accueil…

En allant plus loin, le code html révèle d’autres points noirs… Les pages sont mal structurées en terme de titrage, des « accesskey » sont utilisées (court-circuitant ainsi les raccourcis du logiciel servant à la navigation) , les titres de liens mal formatés, les titres de page peu explicites (tiens, d’ailleurs ! de quelle république parle-t-on ?),…

Au delà de ces critiques, il faut reconnaître un travail intéressant sur les contenus (textuels, photographiques et vidéos). Le recours aux médias sociaux est bien maîtrisé et l’accompagnement lors d’actions spécifiques plutôt bien implémenté.

Il reste dommage que ce site, soumis au RGAA, ne donne pas le bon exemple en matière d’accessiblité. Et au vu du code source, ce ne me semble pas être une question de budget…

Tags | , , ,

25

Fév
2010

No Comments

In Accessibilité numérique

By Fittsize Me

Petite méditation matinale…

On 25, Fév 2010 | No Comments | In Accessibilité numérique | By Fittsize Me

Le Monde a publié ce matin un article intéressant sur le rapport des Seniors avec Internet. Basé sur de récentes études, il fait ressortir un point important :

« Seuls 48 % des plus de 70 ans disent se connecter tous les jours, contre 59 % des seniors de moins de 70 ans et 71 % de la population. Principale raison avancée : « C’est trop compliqué.« 

Le mot est laché : « C’est trop compliqué » !

La plupart des interfaces web sont construites pour répondre à des « cibles » : jeunes, actifs, professionnels,… Pour les atteindre, les équipes créatives et techniques utilisent des stratégies diverses mais introduisent irrémédiablement une partie de leur vision du site « idéal », en lien direct avec leurs propres expériences.

C’est pourquoi capitaliser sur l’apprentissage interne d’une cible de seniors n’est en rien comparable avec celle d’autres types d’utilisateurs. Une icone minuscule sans légende n’apparaît que comme pollution (ou est littéralement ignorée), des schémas de navigation trop complexes sans gestion d’erreurs sont rédibitoires, des « retours accueil » sur les logos souvent ignorés (rappelons que ce n’est qu’une convention !)… Ne parlons même pas de ces choses bizarres nommées Twitter ou Facebook !

A nous, en tant que professionnels – soucieux de fournir des solutions robustes et utilisables – d’avoir en tête les besoins et attentes spécifiques de cette partie active (et grandissante) de la population et de les accompagner intelligement dans leurs expériences numériques. L’accessibilité va au delà des situations de handicap.

Lire l’article sur www.lemonde.fr

Tags | ,

07

Fév
2010

4 Comments

In Ils ont osé !

By Fittsize Me

Nivea, plus accessible ?

On 07, Fév 2010 | 4 Comments | In Ils ont osé ! | By Fittsize Me

La semaine dernière, de nombreux médias en ligne ont salué la mise en ligne d’une version accessible du site www.nivea.fr.

CBS News donnait l’avis suivant :

« Pour permettre un accès simplifié aux handicapés, Nivea a demandé à Ecedi, société spécialisée dans les nouvelles technologies, de développer une version alternative de son site internet grand public. Cette nouvelle version, baptisée simplement « Nivea Accessible », propose des synthétiseurs vocaux, un défilement automatique, mais aussi des réglettes et des claviers en braille permettant aux non voyants et malvoyants d’accéder au contenu du site. »

Jusque là, la démarche paraît plutôt louable…. là où le bât blesse, c’est en se connectant à www.nivea-accessible.fr

Comment exprimer la déception face à cette interface ? Tout d’abord, l’un des principes de l’accessibilité numérique est de garantir une information uniforme à chaque utilisateur. Là, au delà d’une arborescence réduite à son strict minimum, la quantité et la qualité des informations fournies donnent tout simplement l’impression d’un violent retour en arrière sur l’appréhension et le respect de la personne handicapée ! J’entends un relent nauséabond de type : « Qu’ils prennent ce qu’on leur donne, on est déjà bien sympa de penser à eux… » qui me choque au plus haut point.

A l’heure où les WCAG promeuvent leur version 2.0, où les décrêts d’application sur l’e-accessibilité ont -enfin- été votés en France, il est juste inimaginable de voir un groupe tel que Nivea oser présenter ce type d’interface… Absence de structuration de la page à l’aide de titres, paragraphes…, absence de liens d’évitement ou de contrôle d’erreurs sur les formulaires, titres des liens redondants par rapport aux intitulés, détournement de balises,… La liste est malheureusement trop longue pour être détaillée ici. Le plus surprenant est que la rubrique d’aide prétend que le site est double A auprès du W3C !

J’espère que les utilisateurs, associations et groupement sensibles à l’accessibilité sauront réagir d’une seule et même voix pour que Nivea se ressaisisse ! Gageons qu’il s’agissait d’une version bêta – à prendre au premier ou second degré, je vous laisse décider ! – et que le bouche-à-oreille n’ira pas jusqu’au boycott de la marque…

Tags | , , , ,